Bonjour !

Varanasi 2012; photo par Marine Bardin

Je m’appelle Violette mais tout le monde m’appelle Vio. Je suis française, je suis née et j’ai grandi en France mais je n’y habite plus depuis plus de vingt ans (ce qui fait plus de la moitié de ma vie) !

Parcours et évolution

Depuis 1996, j’ai vécu une année à Montréal (Canada), cinq mois à Traunstein (Allemagne), deux ans à Leeds (Angleterre), sept ans à Édimbourg (Écosse), et depuis fin 2007 je vis en Inde, dont environ sept ans à Varanasi (Uttar Pradesh) et quatre ans à Khajuraho (Madhya Pradesh). Je ne sais pas trop pourquoi, je ne me suis jamais sentie très à l’aise dans mon pays natal. Au lycée j’ai participé à plusieurs échanges scolaires avec l’Angleterre et l’Allemagne, et déjà à l’âge de quinze ans je me sentais mieux à l’étranger quand je parlais une langue étrangère ! J’ai toujours aimé apprendre les langues, car elles vous permettent de communiquer avec des gens avec lesquels vous ne pourriez pas communiquer ordinairement, elles vous ouvrent des portes. Je me sens avant tout humaine, citoyenne du monde, et j’ai une soif d’apprendre insatiable.

Leeds (UK) 1999

Leeds (Angleterre) 1999

Quand on me demande ce que je fais dans la vie ou quel est mon métier, je ne sais jamais quoi répondre. Je suis étudiante, enseignante, musicienne, gérante, coordinatrice de projets, conceptrice (modeste) de sites internet, blogueuse, traductrice, maman…

J’ai commencé mes études par une école de commerce à Lille, l’IESEG, je me demande un peu comment aujourd’hui. Je n’ai vraiment pas l’âme d’une commerciale, mais après le BAC j’étais un peu (beaucoup) perdue. Je voulais étudier les langues mais dans ma famille, qui est plutôt conventionnelle, on me disait que cela ne servait à rien pour trouver du travail et que je pouvais faire « mieux ». Je ne savais pas du tout quoi faire d’autre, alors j’ai postulé pour les mêmes écoles de commerce que ma sœur jumelle. Après avoir obtenu mon diplôme je n’ai jamais travaillé dans le commerce, car rien que de regarder les offres d’emploi dans le journal la tête me tournait et je me sentais mal. Je ne voulais pas alimenter le monde capitaliste qui essaye de vous convaincre que vous avez besoin de posséder plus, et je n’ai jamais été à l’aise avec les CVs, lettres de motivation, entretiens, habits et comportements formels que vous impose le marché du travail. Je déteste « me vendre » ou essayer de convaincre les autres que je suis géniale, je préfère qu’ils le voient par eux-mêmes. Et puis la compétition aussi me rend très mal à l’aise.

Après l’obtention de mon diplôme de commerce en 1999, j’ai donc fait des petit boulots temporaires dans l’administration. A l’époque j’habitais à Leeds car j’avais passé ma dernière année d’IESEG en Masters de Resources Humaines à l’Université de Leeds pour obtenir un double diplôme. Je ne voulais pas travailler en France car le marché du travail français me rendait encore plus mal à l’aise que le marché du travail anglais. Après une année à Leeds j’ai déménagé à Edimbourg où j’ai obtenu un poste de secrétaire à l’Université de Napier. J’y ai travaillé quatre ans et c’était l’emploi le plus long de ma vie. C’était sympa et facile pendant un certain temps, mais bien sûr je n’allais pas être secrétaire toute ma vie. Je voulais reprendre des études dans un domaine qui me plaise et qui mènent à un emploi stable (si si !) J’avais envie de faire de la recherche, alors je suis allée faire un tour sur le site internet de l’Université d’Édimbourg, et en 2003 je me suis inscrite en Master de Linguistique Développementale à mi-temps. L’Université de Napier a accepté de m’employer à temps partiel la première année de mon Master, mais ils voulaient que je retourne à temps plein l’année suivante alors j’ai démissionné. Entre temps j’avais découvert la philosophie yogi et le bouddhisme qui m’avaient donné envie de « suivre le Dharma » et d’aider les autres. J’ai donc cherché et trouvé un emploi à mi-temps dans une maison de retraite. C’était vraiment dur au début de s’occuper de personnes âgées et de mourants, mais c’était vraiment plus gratifiant et enrichissant pour moi que de travailler dans un bureau ! A l’université je dévorais les cours, mais quand il a fallu trouver un sujet de mémoire, je me suis retrouvée bredouille. J’ai alors réalisé que je ne voulais pas faire de la recherche sur un sujet hautement spécialisé qu’aucun de mes amis ne comprendrait, et je ne voulais certainement pas restreindre mon domaine de recherches pour satisfaire une institution. Mon vrai sujet de recherche, c’était la Vie, moi-même, je. J’ai laissé tomber le MSc, mais sans gâcher mes efforts puisque j’ai quand-même obtenu un diplôme de troisième cycle.

Edinburgh (UK) 2006

Edimbourg (Ecosse) 2006

A votre avis, qu’est-ce-que j’ai fait au lieu d’écrire un mémoire en linguistique développementale? Ben oui, évidemment : je suis partie en Inde pour la première fois ! À mon retour en Écosse, j’ai travaillé pendant environ deux ans en tant qu’auxiliaire de vie auprès d’enfants et d’adultes handicapés, principalement avec autisme et trisomie 21. Et en 2007, je suis repartie en Inde pour de bon.

Point par point

  • Bien que je sois française, je préfère m’exprimer en anglais.
  • Je n’ai jamais travaillé en France.
  • J’ai appris le piano de 6 à 14 ans.
  • J’étais gothique de 1995 à 2005. Mes goûts musicaux ont beaucoup évolué depuis que j’apprends la musique classique indienne, et je ne supporte plus certains des groupes que j’adorais !
  • J’étais folle dingue du groupe Sopor Aeternus pendant plusieurs années.
  • Je ne bois pas d’alcool car je n’aime ni son goût ni son effet.
  • J’ai peur de conduire tout ce qui a un moteur.
  • J’ai commencé à apprendre le violon en Écosse à l’âge de 27 ans.
  • Je suis très perfectionniste et j’ai tendance à prendre les choses à la lettre.
  • Je n’aime pas parler pour ne rien dire ou échanger des banalités. Je suis assez geek (mais geek ne veut pas juste dire passionné?), et je n’aime pas regarder les gens dans les yeux quand je leur parle. Je préfère regarder leur bouche et j’ai lu quelque part que c’était une stratégie utilisée par les autistes ou les personnes atteintes du syndrome d’Asperger.
  • Je suis issue d’une famille d’ingénieurs et de médecins, et bien que mon parcours soit plutôt inhabituel, je n’ai pas suivi mon cœur sans difficultés car je me sens souvent très influençable. J’entends souvent une voix me dire que je devrais avoir une vie plus « normale », mais cela ne semble pas fonctionner. 🙂
  • Je suis très ordonnée.
  • Je pleure très facilement et j’adore ça.
  • Le yoga et la méditation m’ont fait prendre conscience de l’existence de Dieu. Dieu est pour moi synonyme de Nature, Vie, Essence, Source, Energie, Amour… J’ai du mal à exprimer pourquoi, mais pour moi la réincarnation est une évidence.

Citations préférées

Ces deux citations (traduites de l’anglais par mes soins) sont celles qui me touchent et me réconfortent le plus. Elles m’accompagnent partout.

« La sécurité est plutôt une superstition. Elle n’existe pas dans la nature, et la plupart des enfants humains ne l’éprouvent pas. Fuir le danger n’est pas plus sûr que s’y exposer complètement. La vie est aventure audacieuse sinon rien. »
~Helen Keller

*

« La Vie est éternelle et indestructible. La Mort n’est pas l’opposé de la vie, c’est seulement l’opposé de la naissance. »
~Eckhart Tolle

*

« Les gens sont souvent déraisonnables, illogiques et égocentriques;
Pardonne-les quand-même.

Si tu es aimable, les gens peuvent t’accuser d’avoir des arrière-pensées égoïstes;
Sois quand-même aimable.

Si tu réussis tu gagneras des faux amis et des vrais ennemis;
Réussis quand-même.

Si tu es honnête et franc(he), il se peut que des gens te trompent;
Sois quand-même honnête et franc(he).

Ce que tu passes des années à construire, quelqu’un pourrait le détruire du jour au lendemain;
Construis quand-même.

Si tu trouves bonheur et sérénité, ils seront peut-être jaloux;
Sois quand-même heureux(se).

Le bien que tu fais aujourd’hui, les gens l’oublieront souvent demain;
Fais quand-même du bien.

Donne au monde le meilleur de toi, et cela ne suffira peut-être pas;
Donne quand-même au monde le meilleur de toi.

Tu vois, l’analyse finale, elle est entre toi et Dieu;
Elle n’a jamais été entre toi et eux. »

~Om Vashishth*
* J’ai lu quelque part que cette citation était de Mère Teresa, je ne connais pas la vérité et ça n’a pas d’importance.

~

En savoir plus sur ce blog.

Surtout, n’hésitez pas à me contacter.

Je vous souhaite une bonne lecture !

Publicités