Une belle conversation avec ma belle-mère

Une belle conversation avec ma belle-mère

Ce soir j’ai discuté pendant une heure et demie avec ma belle-mère. Je n’avais jamais discuté avec elle aussi longtemps. Je dois dire que comme ma relation avec Kishan et notre mariage étaient secrets toutes ces années, cela me fait bizarre que ma grossesse ne le soit pas. Je ne sais pas pourquoi, mais je m’attendais à ce que les gens n’en parlent pas, je pensais que ce serait une affaire privée, enfin jusqu’à ce que tout le monde voie mon ventre…

Mais toutes mes belles-sœurs le savent et elles m’ont félicité au téléphone. L’aînée qui est passée à la maison après notre retour d’Europe est très préoccupée par ma santé et elle demande à me parler régulièrement au téléphone. Ils sont tous tellement contents que cela meremplit de joie et d’amour. Amma nous a dit qu’elle se réjouissait d’avoir un enfant à la maison avec qui jouer et de l’aimer, et qu’elle avait très hâte de faire des massages à notre bébé. Je pense qu’au-delà de la superstition elles ont aussi beaucoup de connaissances, c’est évident qu’elles en ont. Et en vivant en Inde rurale, j’imagine que je ce sera intéressant d’apprendre sur tous les soins et les bienfaits que l’Inde ancienne offre aux nouveau-nés et à leurs mamans ! On m’a dit qu’après l’accouchement les femmes se font masser tous les jours pendant un mois, et on leur donne à manger un mélange de mélasse (une excellente source de fer, entre autre), de noix diverses et d’épices. J’en ai déjà goûté et autant vous dire que c’est délicieux ! Kishan m’a aussi dit que les nouveau-nés sont lavés dans de l’eau bouillie avec des feuilles de margousier (neem)… Hmm… Il ne faut pas que je m’emballe avant que tout arrive, patience, mais peut-être bien qu’une belle expérience d’amour et de soins m’attend…

Et ce soir, Amma m’a parlé de ses sept grossesses et de son accouchement. C’était un plaisir de l’entendre raconter ses belles histoires. Nous ne trouvons pas souvent des sujets de conversation toutes les deux, mais quand elle me parle de son passé, elle a de lumière dans les yeux. (Elle ne me demande jamais rien sur ma vie occidentale, je suppose parce qu’elle ne saurait pas quoi demander ?)

Je pense souvent que nos personnalités se ressemblent beaucoup, et que si nous avions grandi dans la même culture nous serions de très bonnes amies. Je pense qu’on le ressent toutes les deux. Nous avons grandi dans des environnement tellement différents, deux mondes à part, que ce n’était pas facile de nous rapprocher l’une de l’autre. Mais le fait de savoir toutes les deux que nous nous ressemblons nous a beaucoup aidé j’en suis sûre. Au fond nous avons beaucoup d’amour l’une pour l’autre. Et je pense que le fait que j’attende enfant améliorera certainement notre relation. J’ose enfin transcender cette immense peur que j’avais avant rien que d’y penser, j’accepte enfin de passer le cap !

Ce soir, je lui ai même dit que je parlerais seulement en français à notre enfant. J’avais peur qu’elle ne l’accepte pas car personne ne comprend le français ici évidemment, mais elle m’a comprise et elle l’a accepté sans problème. Et je lui ai parlé d’éducation, du fait que le simple fait d’apprendre par cœur et de frapper les enfants quand ils se trompent leur fait beaucoup de mal et ne les aide en aucun cas dans leurs études. Je lui ai dit qu’il fallait comprendre les enfants correctement, que chaque enfant était différent et apprenait donc différemment. Que les enfants ont besoin d’intérêt et d’enthousiasme pour apprendre les choses. Je ne sais pas si elle a tout compris puisque je comprends mal son dialecte, mais elle semblait soutenir ce que j’avais à dire… Et cela m’a rendu heureuse…

 

Publicités
2018-11-04T12:27:53+00:00octobre 9th, 2015|Femmes indiennes, Grossesse en Inde, Inde profonde, Maternité, Relations locales|

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :